25ème CONFERENCE SUR LE PATRIMOINE CULTUREL ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES (CHNT) EN LIGNE

Du 4 au 6 novembre 2020, Cristina Mosconi et le Dr Pikakshi Manchanda de l’Université d’Exeter ont participé à la 25e conférence annuelle sur le patrimoine culturel et les nouvelles technologies (CHNT 2020). Traditionnellement accueillie à Vienne, cette année, pour la première fois, la conférence s’est tenue virtuellement. Malgré son caractère virtuel, la conférence a accueilli plus de 300 participants, dont les nationalités couvrent tous les continents. Articulée autour du thème de l' »intelligence artificielle : nouvelles voies vers l’héritage culturel » (Artificial Intelligence: New Pathways towards Cultural Heritage), la conférence visait à présenter les meilleures pratiques en matière d’applications de l’IA, mais aussi à discuter du potentiel et des limites des différentes approches de l’IA. Débutée par le discours d’ouverture rituel des autorités de Vienne (cette année, Matti Bunzl, directeur du Musée de Vienne), la conférence a accueilli, sur trois jours, 11 sessions, 7 tables rondes, 3 espaces de formation et les prix Poster and App Awards, institués de longue date.
La note d’ouverture d’Eslam Nofal (Université de Maastrich, Pays-Bas), dont la présentation sur le « patrimoine phytogénétique » a proposé une nouvelle approche mixte pour l’évaluation de la communication sur le patrimoine et l’engagement des utilisateurs dans l’interprétation numérique, est particulièrement intéressante. Ses recherches sur l’évaluation de l’expérience, ainsi que les prototypes interactifs proposés comme études de cas, vont dans le même sens que notre « DataSphere » VISTA-AR, où une combinaison de plusieurs paramètres et techniques est déployée pour comprendre le visiteur tout au long des différentes phases de la visite du site.
Cristina (participante active à CHNT depuis 2017 et membre du comité scientifique de CHNT) et Pikakshi (participant depuis 2019) étaient les co-présidents d’une table ronde (TR) intitulée « Intégrer l’intelligence artificielle dans les études d’audience des sites du patrimoine culturel », dont le but était d’entamer une conversation sur l’adoption des technologies d’intelligence artificielle pour mener des études sur l’audience. Une équipe de recherche du Massachusetts Institute of Technology, USA, travaillant avec le site du patrimoine mondial Machu Picchu, a également participé à la TR.

Les principaux points de discussion de cette table ronde ont été les suivants :
– Comment l’intelligence artificielle peut-elle aider à identifier et à cibler le public choisi ?
– Comment l’intelligence artificielle peut-elle contribuer à informer et à façonner les modèles commerciaux existants?
– Comment l’intelligence artificielle peut-elle soutenir les offres de solutions numériques innovantes compatibles avec les caractéristiques organisationnelles et économiques des sites du patrimoine culturel ?
La TR a commencé par une présentation introductive du projet VISTA AR et de son analyse de texte, suivie d’une description basée sur des cas concrets de l’utilisation des technologies d’IA sur différents sites du projet, comme la cathédrale d’Exeter, pour suivre l’expérience des visiteurs. Cristina a discuté du rôle des approches de suivi oculaire et de suivi géospatial pour comprendre l’engagement des visiteurs et les modèles comportementaux durant leur parcours sur un site du patrimoine.

La présentation de Cristina a été suivie de celle de Takehiko Nagakura et Paloma Gonzales, chercheurs au département d’architecture du Massachusetts Institute of Technology (États-Unis). Ils ont exposé les résultats de leurs dernières recherches sur le suivi et la simulation de trajectoires de piétons sur le site archéologique de Machu Picchu, au Pérou. Leurs travaux se concentrent sur la simulation des chemins de promenade à l’intérieur du site en utilisant des technologies d’intelligence artificielle, telles que les modèles d’apprentissage par machine.
Leur conception du modèle de navigation basé sur l’IA est très pertinente pendant la pandémie actuelle. Tout comme nos recherches sur la géospatiale et l’eye-tracking, leur travail montre le grand potentiel des technologies d’IA pour la conception et la gestion des sites du patrimoine culturel, y compris la planification de la circulation, la réduction des embouteillages et le contrôle de la capacité, et la distanciation sociale.

La présentation du MIT a encouragé une discussion active entre tous sur les applications de leurs recherches et l’impact sur l’expérience des visiteurs. Elle a été suivie d’une présentation de Pikakshi sur les tableaux de bord (Dashboards) centrés sur les données des sites du patrimoine. Elle a discuté du rôle des tableaux de bord dans l’accès des gestionnaires de sites à l’Intelligence des Visiteurs qui peut être utilisée pour la prise de décision lorsqu’il s’agit d’évaluer les expériences que le site a à offrir. Pikakshi, utilisant l’étude de cas de la cathédrale d’Exeter, a présenté les avantages de l’unification de nombreuses sources d’information sur les visiteurs – comme les mouvements des visiteurs et les commentaires textuels des visiteurs – dans un tableau de bord afin de générer une image plus claire de son expérience et d’identifier les points sensibles. Cet exposé a inspiré une discussion détaillée sur les avantages et les inconvénients de l’utilisation des feedbacks (écrits) des visiteurs, non sollicités, par ex., pour comprendre la motivation et l’expérience des visiteurs.

Les deux présentations ont été bien accueillies par les participants à la TR. Peut-être la naissance de futures collaborations avec l’équipe de recherche du MIT…